<@~*}*•??}~> a été une activité publique présentée par DHC/ART – Éducation en relation avec l’exposition Cory Arcangel : Power Points, du 21 juin au 24 novembre 2013.

Pour prendre part à <@~*}*•??}~>, nous avons invité le public à notre salle RÉFÉRENCE, située au sous-sol du 451 rue St-Jean. Participants pouvaient alors créer de la « poésie de velcro » à l’aide des divers symboles textuels et émoticônes fournis. Les possibilités infinies de combinaisons de ces images encouragent une expérimentation linguistique novatrice, qui émerge de notre utilisation d’Internet et de la messagerie texte. Est-ce que nous maîtrisons la communication par l’émoticône? À quel point sommes-nous capables de transmettre de l’information en utilisant ces références symboliques? Les émoticônes nous fournissent-elles un moyen de faire évoluer la communication interpersonnelle en nous pourvoyant d’outils pour une nouvelle expression poétique basée sur l’image ? Nous avons suggéré, afin de poursuivre la réflexion sur cette activité, que les participants utilisent leur téléphone intelligent pour photographier leur « poésie de velcro » et l’envoyer à leur amis.

<@~*}*•??}~> s’inspire de l’utilisation pince-sans-rire par Cory Arcangel des émoticônes dans les intitulés et les descriptions de ses œuvres, ainsi que de ses interventions subversives et ludiques qui révèlent le potentiel de la communication électronique.

Cory Arcangel est reconnu comme l’ardent défenseur d’un art informatique aux accents pop. Il se sert du potentiel anarchique d’Internet et de sa culture utopique de source libre pour réaliser des œuvres qui remettent en question la notion d’auteur ainsi que le statut et la valeur de l’objet d’art. Son travail explore à la fois les promesses et les désillusions associées aux logiciels, gadgets électroniques, jeux et autres dispositifs, en faisant ressortir combien vite ils deviennent désuets. L’art d’Arcangel constitue une ode à l’obsolescence programmée de la technologie et aussi une célébration, empreinte d’esprit, de son bruit, de ses répétitions insensées et de ses inévitables échecs.